Comment être impactant lors de ses prises de parole ? - Beauparleur

Comment être impactant lors de ses prises de parole ?

Importance de la communication non verbale

Il nous arrive souvent de voir les gens qui viennent en formation et qui disent qu’ils souhaitent devenir plus impactant lors de leurs prises de parole. Ils connaissent parfaitement leur sujet, ils ont des dizaines d’années d’expérience, et pourtant ils n’arrivent pas à convaincre leur public. Comment peut-on changer cela ?

Les gens ont beau être intelligents et cultivés, mais dans la communication on réagit souvent inconsciemment. Prenons un exemple : devant vous une personne objectivement intelligente qui vous raconte des choses extraordinaires. Petit problème – en parlant cette personne piétine, croise ses bras, évite de regarder son public et préfère d’observer le sol ou le plafond. Il ne faut pas être un expert en communication pour comprendre que cette personne ne pourra pas être crédible dans le regard des autres malgré la qualité de ses idées.
Le problème est que souvent on ne s’en rend pas compte ! On sent qu’il y a un soucis, mais on ne comprend pas qu’est-ce qu’on fait mal !
Si vous vous reconnaissez dans ce portrait, si vous souffrez profondément quand on vous annonce que vous devriez prendre la parole en public, si vous n’arrivez pas à dormir la veille de votre présentation, voici une technique qui doit vous aider à maîtriser votre timidité et malaise.

Occupez de l’espace

En étant sur scène vous n’avez qu’une seule envie c’est de devenir tout petit et de disparaître ? Eh bah pour se sentir mieux il faudra faire l’inverse ! Essayez d’occuper le maximum d’espace possible. Déplacez-vous, faites des grandes gestes bien ouvertes, regardez les gens dans les yeux.

Les études scientifiques menées par un psychologue américaine Amy Cuddy prouvent qu’il y a un lien direct entre nos mouvements et notre ressenti. Mme Cuddy a prouvé que ce ne sont pas forcément les émotions qui dictent notre langage corporel, mais inversement ! Pour arriver à cette conclusion elle a demandé aux participants de prendre des positions du pouvoir ou de soumission pendant deux minutes.

podition-insecurite

Position d’insécurité

position-pouvoir

Position du pouvoir

Ce qu’en ressort c’est que les individus qui ont adapté une position ouverte, détendue, avec des jambes et des bras décroisés se sont senti plus à l’aise que ceux qui ont pris une position fermée, avec des brais croisés et les épaules fermées.
Ce qu’est encore plus surprenant, c’est que les gens qui ont pris une position de dominance, ont vu leur testostérone (hormone de dominance) augmenter  à 20% et leur niveau de cortisol (hormone du stress) chuter à 25%. Inversement, les gens dans une position de faiblesse, de soumission ont vu leur niveau de testostérone diminuer à 20% et leur niveau de cortisol augmenter à 15%.
Cela prouve que notre corps et les positions qu’on adopte ont un impact sur notre ressenti et notre état mental.
Alors, avant votre prochaine intervention essayez de prendre des positions du pouvoir pendant  quelques minutes et observez s’il vous ressentez la différence.

Pour maîtriser votre stress et gérer le trac lié à la prise de parole en public, inscrivez vous à la formation du mois prochain !

Vidéo présentation par Amy Cuddy