Pourquoi est-ce difficile de parler en public ?

La prise de parole en public est une rencontre, un face à face entre soi-même et le public, une aventure dans laquelle on ne s’engage pas sans appréhension. Or c’est en réalité une opportunité de tisser un lien, une ouverture pour établir un échange ; alors comment lui conférer cette dimension positive ?

Pour expliquer cette difficulté à parler en public sans stress, voyons tout simplement ce qu’est une prise de parole en public réussie : une alchimie entre la connaissance des techniques de l’exposé oral et la confiance en soi.

Formation « 5 minutes pour convaincre »

 

Attention à la maîtrise des techniques de communication orale

Observez l’orateur dont la prise de parole vous fait forte impression, vous noterez qu’avant toute chose il sait rendre intéressant le thème de son intervention. Il peut paraître curieux de le rappeler, mais éveiller la curiosité de l’auditoire à travers des choix que vous aurez faits avant de vous exprimer en public, qui donneront envie de vous écouter, reflète une bonne connaissance du sujet et du recul.
La présentation s’articule autour d’idées simples que le conférencier déroule selon une logique claire, fluide, sans accrocs.
L’intervenant a une bonne diction, ne parle ni trop vite, ni trop lentement, sait utiliser un micro, emploie un vocabulaire accessible, concret, s’adresse directement à son public qu’il ne craint pas de regarder dans les yeux, parfois même de le prendre à témoin.

Trouver son public par la prise de parole : tout sauf un hasard

Sans même attendre l’étape de la discussion, l’orateur averti a établi une interaction avec vous. À la fin de l’exposé, dans le cadre par exemple d’une conférence, vous constaterez que bien souvent c’est à cette personne que les questions s’adressent et non aux autres intervenants.
Sur le fond, celle-ci n’est pas nécessairement plus brillante que les autres, son discours ne présentait pas plus d’informations, mais elle possède les qualités techniques nécessaires à une prise de parole en public bien maîtrisée qui touche son but : capter l’attention.
La prise de parole en public est avant tout un savoir-faire dans l’utilisation de règles qui se travaillent, qui s’acquièrent peu à peu, entre autre grâce à la formation à la prise de parole ; parler en public sans stress ne relève pas de l’improvisation, piège dans lequel on tombe trop souvent.

Psychologie et rencontre avec le public

À cet aspect, la maîtrise des règles de l’art, s’ajoute le contenu émotionnel, lié au fait de se trouver soudain seul face à un auditoire qui a les yeux braqués sur vous. Certains diront que cette position les galvanise, d’autres qu’elle les terrifie.
Dans les deux cas, l’orateur est desservi. Si ce cas de figure est moins étudié, il n’est pas bon non plus d’être trop enthousiaste à l’idée qu’un public vous écoute ; emporté dans son élan, on risque d’en oublier les réflexes d’une saine gestion de son intervention.
Surmonter la crainte du jugement
Celle-ci est ressentie dès le premier contact avec le public car on sait l’importance de ce que révèlent les expressions corporelles, et nous sommes tous mis en garde sur le fait que nous sommes jugés dès les premières secondes de notre apparition.
Face à un public, peut-on s’affranchir de cette idée : « on va me juger », « je risque de décevoir » ? Cette inquiétude va redoubler chez ceux qui ont évolué depuis toujours dans un environnement qui ne leur a pas permis de prendre confiance et d’être convaincus qu’ils ont aussi leur carte à jouer.

Un reflet du degré de confiance en soi

La prise de parole, c’est non seulement parler de manière fluide, mais aussi convaincre, et pour cela avoir les idées claires et de l’assurance dans le propos. Dans une discussion polémique, il ne faudra pas se laisser déstabiliser, redouter d’argumenter son point de vue, et par conséquent avoir une estime de soi solide. Si l’intervenant est en proie à des fragilités personnelles, se met alors en place une mécanique négative, l’orateur se replie sur lui, sur ses notes, est parfois peu audible, mal compris.
Une prise de parole en public réussie : un entraînement de longue haleine
Quelle prise a-t-on sur ces éléments psychologiques ? Si le succès de la prise de parole en public dépend largement de la maîtrise des techniques de l’intervention orale, nos blocages ne sont-ils pas liés au fait que nous sommes les premiers conscients que parler en public sans stress relève d’un long apprentissage ? D’où notre appréhension car nous savons qu’en réalité nous sommes peu armés pour gérer l’exercice.
Rien n’est inné : construire un discours, rendre compréhensible un sujet ardu, trouver l’angle d’attaque qui ne fera pas fuir l’auditeur, adopter le ton juste, agrémenter le discours d’exemples, d’anecdotes, voire d’humour, cela s’apprend. Une fois acquis, cela donne confiance, Beauparleur s’attache chaque jour à vous le prouver à travers ses formations.