Formation à la prise de parole en public

Une formation à la prise de parole en public ?  Est-ce bien utile ?

Formation « Techniques d’argumentation et de persuasion »

Prendre la parole en public n’est pas un acte ordinaire. Nous sommes nés avec des capacités pour l’art oratoire extrêmement aléatoires. En effet les premiers regards posés sur nous ont facilité cette capacité ou l’ont inhibée. Nos tribus, nos familles, notre entourage, ont associé les mots à nos actes et notre observation ou n’ont  pas considéré que le langage et l’accès à la communication étaient les fondations d’une meilleure évolution.

De ce fait, les années scolaires ont renforcé notre rapport à l’oralité dans un sens ou l’autre. Les années suivantes, essentiellement professionnelles ont confirmé notre rapport à la communication orale. Nous avons tous choisi notre métier en fonction de nos attraits et de nos capacités. Les gens pour qui la communication verbale est un cauchemar auront eu tendance à se protéger en s’orientant vers des métiers techniques ou d’autres professions qui leur permettaient de ne jamais avoir à affronter le regard des autres dans un contexte de verbalisation des enjeux. Mais aujourd’hui, dans toutes les entreprises, on estime qu’un référant dans son domaine doit aussi être expert dans l’art oratoire et capable de transmettre à quiconque son niveau de connaissance.

Comment prendre la parole en public en toute sécurité ?

Combattre son stress et maîtriser son trac devant un public n’a donc rien d’évident. Le doute que le trac insuffle à l’orateur le fragilise dans son rapport à la crédibilité par rapport au sujet traité. Ça se voit ! d’une façon consciente ou inconsciente, le public le traduira comme cela : Il a peur donc il n’est pas sur de lui donc son produit ou son service ne sont pas fiables…

Comment combattre le stress ?

Il est déjà important de différencier le stress du trac. En effet, le stress est le sentiment qui va immédiatement se traduire par Formation « Apprivoi’Trac »un afflux de ressentis physiologiques comme la transpiration, les tremblements, le rougissement, le reflux, les vertiges.
Le trac, lui, est un état d’esprit qui suggère d’être en phase avec son intention et le déroulement et de son action de prise de parole.

Le trac est finalement à associer avec la conscience professionnelle  et l’envie d’être performant. Un jour, une élève de Sarah Bernhardt, grande prêtresse du théâtre de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, vit une de ses élèves monter sur scène et l’interpeller : «  Maître quand je monte sur scène, je n’ai pas le trac… » Sarah Bernhardt lui répondit : « …ne vous inquiétez pas mon enfant, cela viendra avec le talent… »

La communication non verbale : l’arme anti-stress

Albert Mehrabian, professeur émérite de psychologie à l’Université de Californie, a publié une théorie sur la différence d’impact entre les messages verbaux et non verbaux. D’après cette étude, nous communiquons à l’aide de trois éléments distincts : les mots, le para-verbal, le non-verbal. Les mots, le texte que nous transmettons dans nos prises de parole. Le para-verbal ou l’art de dire les mots : diction, articulation, puissance vocale. Le non-verbal ou tout ce qui raconte quelque chose à quelqu’un sans dire un mot : posture, attitude, gestes, déplacements.
Il en ressort que nous impactons sur un public à hauteur de 7% pour les mots, 35% pour le para-verbal, 58% pour le non verbal. Autrement dit, quelque soit la qualité de votre message, si vous ne savez pas le dire (para-verbal), si vous ne savez pas le transporter (non-verbal), vous aurez mois d’impact qu’un orateur qui aura peut-être moins de contenu qualitatif mais qui saura en parler justement et qui saura le « transporter » jusqu’à son public.

Les postures en communication sont des axes de transmission indissociables d’une prise de parole en public performante. Le langage du corps de l’orateur est immédiatement décrypté par son public. L’orateur empreint de stress et de trac indiquera son état en parasitant son langage corporel par l’introduction visible et immédiate d’attitudes de compensation : bras ou jambes croisés, regard vers le plafond ou le plancher, mains dans les poches.
Ces attitudes de compensation seront toujours traduites par le public comme un manque de crédibilité.
La simple démarche consistant à suivre une formation prise de parole en public mettant en avant les capacités d’un orateur à communiquer par une autre approche que la seule utilisation des mots, lui permettra de réduire, voire de faire disparaître son rapport au stress et son trac. Utiliser toutes les possibilités du langage du corps c’est se permettre de découvrir des sensations équilibrantes et sécurisantes dans la prise de parole en public.